Le 1 décembre 2017 à 14:42 par jose SANCHEZ

Nous voici dans la nouvelle préparation au marathon : jamais 2 sans 3 dit-on….

C’est parti pour 8 semaines de préparation intensive à raison de 5 entrainements par semaine, soit l’équivalent de 60 km cumulés par semaine.

José au marathon de lyon 2015

Le marathon que j’ai choisi est celui de Lyon, il se disputera le 1 octobre 2017. Pourquoi aller loin, si vous avez la possibilité de faire cela près de chez vous..:)

Tous les marathoniens vous le diront, la préparation au marathon est bien plus compliquée que le marathon lui-même.

Il faut tenir 8 semaines d’entrainement intensif, soit au minimum 60 km/semaine, ne pas se blesser, ne pas se surentrainer…. et y trouver du plaisir.

Cette année, j’ai axé mon travail sur 2 points essentiels : La nutrition et la foulée.

Une alimentation sans glucides…

Pour ce qui est de la nutrition, j’ai une alimentation “Cétogène”, c’est à dire très, très basse en glucides.

Les seuls glucides que j’absorbe, proviennent des légumes et quelques fruits rouges (en saison), myrtilles, cassis, framboise, ou fraises.

Vous allez me dire que c’est complétement dément de préparer un marathon avec une alimentation cétogène.

Mon but est de démontrer, que l’on peut préparer un marathon avec une alimentation très pauvre en glucides..

J’avais préparé mon précédant marathon, celui de 2016 avec une alimentation de type crétoise. J’ai eu à subir le fameux “mur” au 36ème km et j’ai perdu beaucoup de temps à ce moment là.

Jusqu’au 36ème km, je n’avais pas pris de glucides, seulement de l’eau… Je peux vous dire que j’étais content d’avaler une pâte de fruit au dernier ravitaillement.

A la suite de ce marathon, j’ai enchainé une préparation pour faire la “SaintéLyon” version complète. J’ai commencé à mettre en place une alimentation plus pauvre en glucides et débuté la préparation à jeun.

J’ai terminé la “Saintélyon” en 11h15, soit 1 heure de plus que ce que j’avais prévu…

C’était long….et dur.. mais je n’ai pas ressenti de problème au niveau du ravitaillement, mais plutôt au niveau des articulations qui ont été mise à rude épreuve ET des doigts de pieds.

Préparation du marathon 2017 à 62 ans…

1er point essentiel, mettre en place une alimentation cétogène…

Nouvelle préparation, nouvelle nutrition: J’ai donc choisi de me mettre au “régime” Cétogène” depuis le mois de décembre 2016.

Je fais mes entrainement à jeun, et je prends une collation de proteines, et un yaourt de soja avec quelques fruits rouges (groseilles, framboises et amandes…) pour la récupération.

Je vous parlerais des effets de ce régime tout au long de ma préparation…

2ème point essentiel: le travail de la foulée.

“Qui veut aller loin doit ménager sa monture”, avoir une foulée efficace, rapide et économe est le rêve de tout coureur.

Nous allons donc essayer d’améliorer cette foulée afin de réduire le temps de fatigue….et bien sûr améliorer mon temps sur le marathon.

Tout est passé en revu: les faiblesses ou déséquilibre musculaire, (mollets, ischios jambier, petits, moyens grand fessiers, psoas, grand droit abdominaux, quadriceps…)

Cela fait beaucoup, mais nous allons nous y tenir, et nous analyserons ainsi les résultats obtenus sur.

  1. la préparation elle-même (difficultés, intensité…)
  2. la prévention des blessures (pendant la préparation)
  3. les résultats obtenus (foulée et sensations)
  4. la performance pendant le marathon

 

 

 

Laissez un commentaire